Passionnante, fascinante, intimidante même… Israël fait partie de ces pays qui font rêver tout en suscitant de l’inquiétude parfois, de l’incompréhension même. Trois jours à Jérusalem et vous serez convaincus que sa découverte est incontournable !

Allez hop, une occasion = un billet. Fin mai 2017, je partais pour découvrir l’Israël le temps d’un bref soupir, 5 jours uniquement. Pour 200€ avec Turkish Airlines et une sympathique escale dans l’aéroport d’Istanbul, me voilà débarquant seule de nuit à Tel-Aviv. Un programme de dingue : trois jours à Jérusalem, une journée autour de la Mer Morte et la dernière à Tel-Aviv.

Informations pratiques sur l’Israël

Durée de vol : entre 4 et 5 h direct pour un Paris/Tel-Aviv.
Décalage horaire : +1h en hiver.
Santé :
aucune vaccination obligatoire mais certaines sont recommandées, notamment en lien avec les zones où vous vous rendrez.
Entrée / séjour :
pour un séjour inférieur ou égal à 90 jours, les titulaires d’un passeport français sont dispensés de visa. Le passeport doit néanmoins être valide au minimum 6 mois suivant l’entrée dans le pays. La particularité de ce passage de frontière c’est que vous n’aurez pas votre petit tampon (certains pays musulmans interdisent l’entrée de personnes ayant un tampon Israël…). La police aux frontières délivre une vignette papier qu’il convient de conserver pendant le séjour.

Langue : depuis 2018, l’unique langue officielle est l’hébreu moderne tandis que l’arabe bénéficie désormais d’un statut spécial. L’anglais est néanmoins courant, au moins dans les zones touristiques.
Monnaie : le shekel (Shk) – 1 Shk = 0.2€ et 1€ = 4 Shk.

drapeau israël

Comment rejoindre Jérusalem ?

Il y a plusieurs possibilités pour rejoindre Jérusalem depuis l’aéroport de Tel-Aviv mais, voyageant seule et de nuit, j’ai privilégié le shérout, un taxi collectif. Ainsi, ce taxi d’une dizaine de places, qui ne part que lorsqu’il est plein, stationnait devant l’aéroport et m’a amenée directement à mon logement dans Jérusalem. J’avais payé approximativement 12€. Premier « choc » culturel : le refus d’un juif haredim de s’asseoir à côté de moi. Ces juifs intégristes, leur nom signifiant « Craignant-Dieu » sont également appelés « ultra-orthodoxes » et respectent des principes strictes, refusant par exemple la modernité. Vous les reconnaissez assez facilement : costume noir, chapeau en fourrure de fouine ou de renard.

Mes premières heures dans Jérusalem ont peut-être été les plus belles. En effet, je suis arrivée vers 23h00 et j’ai tout de suite eu la chance de pouvoir aller me balader dans la vieille ville. Les rues étroites, calmes, secrètes, faiblement éclairées, un escalier… Me voilà sur les toits de Jérusalem pour découvrir une vue à couper le souffle ! La Cité de David de nuit, ses lieux de cultes endormis, je devinais l’Esplanade des Mosquées derrière l’impérial Mur des Lamentations. Je peinais à réaliser la chance que j’avais de découvrir une ville aussi chargée d’histoire !

dome du rocher nuit jérusalem

Histoire de Jérusalem : mais pourquoi est-elle si spéciale ?

Je ne vais pas vous faire un remake de Stéphane Bern mais il faut tout de même développer un peu l’importance de Jérusalem et la richesse de son patrimoine, de sa culture, de son histoire au sens large.

Israël, anciennement Palestine, est une mosaïque culturelle, religieuse et humaine. Son histoire, multimillénaire, est au carrefour de l’Histoire. Elle a connu de grands peuples (Cananéens, Hébreux, Phéniciens…) et est le berceau des trois grandes religions monothéistes. Des exils des peuples aux différentes conquêtes et croisades, Israël est le lieu de toutes les convoitises et fantasmes. Ainsi, l’Israël étant la terre promise aux juifs dès 1917, elle est « offerte » aux rescapés de la Shoah. Le pays est alors partagé en deux : un État juif dans la partie occidentale et un État arabe dans l’autre (la Palestine). En 1948 naît l’État d’Israël provoquant expulsions et massacres de musulmans. Le conflit israélo-palestinien s’enracine depuis lors (guerres, négociations, cessez-le-feu, Intifadas, Sharon/ Arafat, Rabin, Gaza, pourparlers, Netanyahou, etc.).

Et Jérusalem dans tout ça ?

822 000 habitants. La « Ville de la paix », selon la traduction hébraïque, n’a pourtant cessé d’être conquise et libérée depuis des siècles. Ainsi, premier enjeu de convoitise : Jérusalem est la ville Sainte. Le judaïsme voit dans le rocher du Mont du Temple l’endroit où Abraham scella son alliance avec Dieu. A côté de ça, 12 000 chrétiens vivent à Jérusalem, ville où Jésus est mort (avant de ressusciter). Enfin, Jérusalem (Al-Quds pour les Arabes) a également accueilli Mahomet avant qu’il n’aille au paradis. Bam, troisième lieu saint pour les musulmans !

Vous ajoutez à cela le rôle politique que tient la ville : capitale du royaume uni d’Israël avec le roi David, appartenance au royaume latin suite aux Croisades, conquête par Saladin puis par les mamelouks d’Égypte avant les Turcs Ottomans – Soliman le Magnifique- « capitale éternelle de l’État d’Israël », etc. Quel statut aujourd’hui ? Pour Israël, aucun doute, Jérusalem est sa capitale mais la souveraineté d’Israël sur toute la ville est contestée par la communauté internationale. N’en déplaise à Donald Trump qui, considérant Jérusalem comme la capitale, a fait le choix d’y déplacer l’ambassade américaine depuis Tel-Aviv.

arbres fleurs jérusalem

Que faire à Jérusalem ?

Soyons clair, trois jours ne seront jamais assez pour visiter Jérusalem. J’ai seulement pu esquisser les contours de cette ville magique.

Mythique, il faut évidemment s’y perdre (personnellement je le fais assez naturellement). Vous y pénétrez par l’une des huit portes (les portes de Jaffa et de Damas <3). La vieille ville se découpe ensuite en 4 quartiers : le quartier arménien (sud-ouest), juif (sud), musulman (nord-est) et chrétien (ouest). Vous passerez nécessairement et successivement par les uns et les autres pour vous rendre d’un lieu à un autre. Les ambiances sont différentes, les rituels également. Si vous le pouvez, essayer d’assister à un office des séminaristes arméniens par exemple (ou au moins visitez une église).

Quartier chrétien

La première visite effectuée et que je ne regrette absolument pas fut la citadelle et la tour de David. Pour 40 Shk (15 de plus avec l’audioguide que je conseille), vous pouvez découvrir ce formidable site en deux temps. Tout d’abord la forteresse, superbement restaurée et qui permet, entre autre, une vue à 360° sur toute la ville. Ensuite, le musée d’Histoire de Jérusalem vous donne un infime espoir de saisir un dixième de l’histoire de la ville. Il est véritablement captivant et passionnant !

Un autre incontournable de ce quartier est l’imposant Saint-Sépulcre par lequel vous pouvez accéder par la Via Dolorosa. Ce chemin est celui qu’aurait suivi Jésus (tracé contesté) avec la croix jusqu’au mont Golgotha, lieu de sa crucifixion. Le chemin comporte donc 14 stations sur 500 mètres (du couvent de la Flagellation au Saint Sépulcre). A voir évidemment, même si le quartier chrétien dans son ensemble ne m’a pas spécialement séduite. Puis vous arrivez à la « Holy Sepulchre Church », le Saint-Sépulcre. Il regroupe le lieu présumé du Calvaire de Jésus (le Golgotha), le tombeau du Christ et une ancienne église bizantine (+tombeau de Godefroy de Bouillon et Baudoin 1er pour ceux qui ont vu « Kingdom of Heaven »). Chrétien ou non, l’ambiance est assez unique. C’est impressionnant de voir toutes ces personnes pleurer sur la pierre de l’Onction (qui n’est pas l’originale), où le corps de Jésus fut posé !

 💡 Un conseil judicieux du Routard : se faufiler par des petits escaliers, passer devant des chapelles éthiopiennes adorables et déboucher sur les toits. Un beau souvenir de cette journée !

toit saint sepulcre jérusalem

Le quartier juif

Impossible de passer à côté de l’incontournable Mur des Lamentations, le site le plus sacré pour les Juifs. Il s’agit en réalité de ce qu’il reste d’un mur d’enceinte du second Temple commandé par Hérode. Le spectacle est permanent : des dizaines d’hommes et de femmes, séparés bien sûr, se précipitent pour toucher le mur, entre prières et larmes. L’émotion est palpable, les Juifs ayant été privés d’accès au mur pendant l’occupation jordanienne (1948-1967). Vous pouvez le toucher vous aussi mais, personnellement, je ne me sentais pas légitime.

Petit + de la place : les nombreuses bar-mitsva qui y passent, dans la joie et la bonne humeur 😎

Quartier musulman

Dans le quartier musulman, vous ne pouvez passer à côté des souks. Pleins de charmes, les échoppes aux mille couleurs et saveurs vont vous enchanter. Perdez-vous 😉

Mais l’incontournable du quartier est bien évidemment l’Esplanade des Mosquées. Si plusieurs entrées existent, les non-musulmans ne peuvent y pénétrer que par une passerelle à droite du Mur des Lamentations. Le site est inaccessible aux juifs orthodoxes. Fermée les vendredis, samedis et lors des fêtes musulmanes, elle n’est pas accessible à tout moment de la journée mais le matin entre 7h30 et 10h. Une fois les contrôles passés, l’accès autorisé… Quel spectacle ! Un lieu somptueux, entre les deux monuments, les fontaines, la mosaïque, les portiques….

Vous y contemplez le fameux Dôme du Rocher et la Mosquée El-Aqsa, de l’extérieur uniquement. En effet, l’entrée est interdite aux non-musulmans.

Le Dôme du Rocher, appelé (à tort) la Mosquée d’Omar, protège un rocher doublement sacré : Abraham y aurait sacrifié son fils Isaac et Mahomet aurait rejoint le ciel avec son cheval ailé depuis ce point. Le Dôme en or est véritablement magnifique et, couplé aux bleus des mosaïques, il fait partie de ces lieux qui vous coupent le souffle.

En face, la Mosquée El-Aqsa présente une architecture assez différente. Le Routard explique d’ailleurs que certaines colonnes ont été offertes par… Mussolini.

dome du rocher jérusalem

S’excentrer pour mieux admirer Jérusalem

Je vous propose un petit tour de deux collines autour de Jérusalem : le Mont des Oliviers et le Mont Sion.

Le mont des Oliviers

Le Mont des Oliviers où Jésus aurait passé ses dernières heures avant la trahison de Judas et d’où il ressuscita. Prenez le bus n°275 depuis la gare des bus arabe et allez jusqu’à l’hôpital Makassed, sur les hauteurs de la ville. Et là, claque ! La vue sur la vallée du Cédron est subjuguante. Il faut dire que le Dôme du Rocher a énormément de charme, qu’importe l’angle !

De sommet au bas de la colline, j’ai suivi l’itinéraire suivant :

– L’église du Pater Noster.

– Le cimetière juif qui offre une vue plongeante sur la ville.

– L’église du Dominus Flevit, dont il faut encore une fois profiter du panorama sur ses petits murets. Vous remarquerez, en contrebas, le couvent de Sainte-Marie-Madeleine, église russe et donc très originale architecturalement parlant !

– L’église de toutes les nations ou basilique Gethsémani : très belle façade et de très vieux oliviers dans le jardin (ils seraient contemporains de Jésus…).

– La grotte de la trahison qui revient sur le trahison de Judas et l’arrestation de Jésus.

– Le tombeau de la Vierge Marie que je n’ai pas aimé. Vous descendez un gigantesque escalier jusqu’à une crypte assez lugubre.

cimetière mont des oliviers jérusalem

Le Mont Sion

Le Mont Sion est au sud de la ville (accessible grâce à plusieurs bus). J’ai commencé par l’immanquable monastère de la Dormition, construit là où la Vierge Marie « tomba dans un sommeil éternel ». Sur le côté (1. Ne pas suivre les indications du Routard 2. Ne pas suivre les conseils des gens), n’hésitez pas à aller faire un tour dans le cimetière latin et notamment sur la tombe d’Oskar Schindler. J’avais eu la chance de visiter l’usine à Cracovie et donc je suis allée naturellement sur sa tombe. Comment ne pas penser à la scène finale de “la Liste de Schindler” ?

Perdez-vous ensuite dans les ruelles de ce quartier à la recherche des lieux clés du christianisme. C’est par exemple le cas du Cénacle où se déroula le dernier repas de Jésus (la Cène). J’y ai d’ailleurs vu une scène hallucinante : un groupe d’asiatiques totalement en transe… Perturbant 😕

Si vous continuez à vous balader vous tomberez sur le tombeau de David qui servait de substitut lorsque le Mur des Lamentations était interdit au peuple juif. L’émotion y est également palpable.

Une visite originale à Jérusalem

Vous avez envie de souterrains ? J’ai le plan parfait pour vous ! Je n’ai pas fait l’intégralité du parc archéologique de la Cité de David faute de temps mais j’ai pu réaliser un parcours vraiment intéressant ! Il m’a amené à découvrir le canal d’Ezéchias, enfin la version facile où tu n’as pas de l’eau jusqu’aux genoux ! Ce tunnel permettait le ravitaillement en eau en cas de siège de la ville (pas bête quand tu vois leur histoire). Sa construction date du siège des Assyriens en 701 avant notre ère.

 💡  Petit + : D’ailleurs, je vous conseille un article très intéressant que l’ont m’a envoyé sur l’utilisation politique qui est faite du parc, dans un objectif de colonisation « culturelle » de Jérusalem Est.

Par ailleurs, une autre découverte de cette journée, très peu connue des visiteurs, fut le chemin emprunté par les pèlerins à la fin de la période du Second Temple. Depuis la piscine de Siloé jusqu’aux pierres du Mur Occidental, vous traversez un tunnel long de 700 mètres. Une visite originale et insolite 🙂

Enfin, je n’ai pas fait la ville moderne, faute de temps encore une fois. Je regrette d’avoir manqué le Yad Vashem, le mémorial consacré à la Shoah. Une prochaine fois !

jerusalem plaine

La sécurité à Jérusalem

La situation est tendue à Jérusalem et peut dégénérer à tout moment. Ce fut d’ailleurs le quelques temps après mon départ. La semaine de mon voyage était d’ailleurs particulièrement intense dans le sens où :

  • Visite de Donald Trump le lundi
  • Jeudi de Pâques
  • Yom Yeroushalayim, la journée de Jérusalem, les 50 ans de la reprise de la partie est de la ville aux Jordaniens (et donc l’Esplanade du Temple)
  • Début du Ramadan

Bref, je choisis bien mes dates moi !

Mais de manière générale, si vous prenez les précautions usuelles et peut-être un peu plus, vous ne risquez pas d’avantage qu’ailleurs. Les touristes ne sont pas ciblés. Pour preuve : ma seule mésaventure durant ces trois jours. Je venais d’entrer sur l’Esplanade des Mosquées, lieu particulièrement tendu dans le sens où les juifs orthodoxes n’ont pas le droit d’y entrer, quand des troubles ont débuté. Le ton est monté entre deux groupes. Les forces de police sont de suite venues chercher les quelques touristes présents pour les escorter hors du site. C’était très impressionnant car il y a eu une sorte de trêve le temps que nous passions puis les cris ont recommencé. Globalement, soyez conscient que les lieux de culte peuvent être plus tendus qu’ailleurs. Respectez les règles, notamment celles de séparation entre homme et femme et couvrez-vous, tout ira bien 😉

Mon avis sur Jérusalem

Définitivement conquise par Jérusalem ! Entendre le chant du muezzin et les cloches des églises. Se balader dans les ruelles faiblement éclairées, entre les marchands et les enfants qui courent. Manger du houmous et des falafels encore et encore au Michael Restaurant. S’émerveiller de la rencontre de toutes ces cultures et religions qui font de Jérusalem une ville unique. Je pourrais insister en développant toutes ces petites choses qui ont fait de ce séjour une claque énorme mais je vous laisse vous faire votre propre expérience. Nous en parlerons à votre retour !

Trois jours à Jérusalem n’était pas suffisant mais je suis restée deux jours de plus en Israël pour voir si le charme opérait toujours.

Galerie

2 réponses
  1. Audrey
    Audrey dit :

    Magnifique article. Jérusalem, ville chargée d’histoire, riche de ses cultures et de ses habitants. Cet article m’a définitivement convaincue de m’y rendre. Merci de m’avoir fait voyager !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *