Le temps d’une escale puis lors d’une visite éclair de deux jours, j’ai pu découvrir Pékin. je vous dis tout ce qu’il faut savoir pour profiter de la capitale chinoise de manière express.

  • Informations pratiques sur Pékin en République Populaire de Chine

Durée de volentre 10 et 11h de vol.

Décalage horaire : +7h en hiver, +6h en été.

Santéla vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire dans le cas d’un séjour préalable dans une zone endémique. En fonction de la zone où vous rendrez, certains vaccins sont conseillés.

Entrée / séjour le visa est obligatoire pour les ressortissants français (30 jours maximum pour un visa touristique). Il existe néanmoins une solution rapide et gratuite pour visiter quelques jours la Chine, j’y reviendrai.

Languel’anglais est parlé par environ 10 millions de Chinois (si vous faites le ratio vous comprendrez pourquoi la communication s’est parfois avérée difficile) et la langue officielle est le mandarin. Autrement, Wikipédia recense 39 autres langues parlées.

Monnaie la monnaie locale est le yuan (CNY) : 1€ = 7,6 CNY.

rouge rue nuit pékin

L’aéroport de Pékin : que faire pendant une escale ?

Ma première expérience à Pékin fut les 6 heures d’escale à l’aéroport avant de rejoindre les Philippines. Je n’ai pas eu la chance de tomber sur des Chinois qui parlaient vraiment anglais ou avec un accent très difficile à suivre. Cela rend les explications pour rejoindre la zone de transit un peu compliquées… En gros, je n’ai pas arrêté de me faire engueuler 🙁 Sachez également qu’ils ne sont pas très fan des powerbanks, la mienne a survécu car elle indiquait la capacité.

Deuxième difficulté : avoir accès au wifi de l’aéroport. Vous devez demander un code envoyé par sms. Si vous ne voulez pas activer vos données mobiles, trouvez la borne où scanner votre passeport qui vous donnera un compte et un mot de passe.

Mais une fois que vous avez le wifi, le tour n’est pas joué ! En effet, la Chine restreint, voire bloque l’accès à certains sites comme les réseaux sociaux ou les forums. La solution : payer un VPN (un réseau privé virtuel). Vous pouvez bénéficier d’une offre pour un mois remboursable (vpnexpress.com). Il vous suffit de dire à votre retour que vous n’êtes pas satisfait, ils ne cherchent pas plus loin. Prix : 12 dollars.

Autrement 6h dans l’aéroport de Pékin c’est un peu long mais sortir pour visiter aurait été la course. Le terminal 3 est assez agréable : petite musique chinoise, installations typiquement chinoises, boutiques de luxe, Starbuck et KFC. De quoi survivre.

Découvrir Pékin en transit : comment faire ?

Comment profiter d’un séjour à Pékin grâce au transit 72h ?

En effet, j’ai pu découvrir Pékin sans payer pour un visa et ce, grâce à une super option. Cette possibilité est néanmoins réservée aux passagers en transit vers un pays tiers en possession d’un billet. Une fois l’autorisation obtenue, ils doivent rester dans une zone circonscrite, liée au point d’entrée (il y a une liste des aéroports et des zones autorisés). Ils doivent ensuite repartir depuis ce même aéroport dans les 72 heures.

C’est exactement ce dont j’ai profité. Plutôt que de faire une simple escale de plusieurs heures, j’ai opté, pour le même prix, pour un billet multi-destination (Paris-Manille / Manille – Pékin – Paris). Le programme : arrivée à Pékin le samedi à 11h du matin et reprise de l’avion le lundi à 2h15 du matin : sportif !

Les formalités pour obtenir ce sésame ont été très rapides, je m’attendais à pire. Trouvez le guichet des « temporary visa », renseignez le document et attendez d’être validé. Je vous conseille de bien avoir l’adresse et les coordonnées de l’endroit où vous logez, ainsi que le billet d’avion ou la confirmation du vol sortant. Une fois que l’autorisation collée à votre passeport, vous suivez la même procédure que les autres pour sortir de l’aéroport : simple comme bonjour !

Pour information, le transit de 144h sans visa existe également.

temple pékin chine

Comment rejoindre Pékin depuis l’aéroport ?

Il y a plusieurs manières mais la plus simple est sans conteste l’aéroport express, une sorte de métro !

Pour 3€ vous rejoignez en 20/25 minutes l’arrêt (Dongzhimen) qui vous permet ensuite de récupérer le réseau de métro de Pékin. Une fois que vous avez bien la carte du réseau entre les mains, vous vous rendrez compte qu’il est vraiment très facile et agréable ! En fonction de mes trajets, j’ai payé 4 ou 5 CNY/ 0,55€ le ticket. Pékin étant connue pour être une ville extrêmement embouteillée, je vous conseille vraiment d’appréhender le « subway », qui vous permettra de vous déplacer très facilement dans la capitale chinoise !

Comment s’organiser pour un séjour aussi court à Pékin ?

Pour pouvoir profiter un maximum de cette journée et demi à Pékin, j’ai choisi de passer par Getyourguide lors de la deuxième journée afin de visiter la Cité Interdite et la Grande Muraille de Chine.

Pour 30€, nous nous sommes rendus sur ces lieux mais également dans un magasin de sculpture sur jade et dans une boutique pour tester différents types de thé chinois. Nous avons également mangé dans un restaurant très local. Dans son ensemble, le tour n’était pas terrible, notamment parce que le guide parlait avec un très fort accent, rendant toute communication quasi impossible. Je n’ai pas non plus apprécié la boutique de sculpture sur jade, très chère et où chacun de nos gestes était épié. Je m’attendais à une toute petite boutique authentique. En revanche,  belle surprise pour la dégustation de thé. Moi qui n’aime habituellement pas cela, j’ai même repris l’une des variétés aux fruits rouges. Une Chinoise en tenue traditionnelle nous a expliqué les méthodes de confection et les bienfaits de 5 types de thé. So chineese !

Honnêtement, avec le temps imparti et la difficulté pour accéder à certains sites, je ne regrette pas. Nous avons évité beaucoup de stress et d’incertitude.

lion temple pékin chine

Que faire à Pékin en deux jours ? Mes 5 incontournables

Étant donné mon timing serré, cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Cela vous donne néanmoins une idée de ce qu’on peut visiter sur moins de deux jours.

La place Tien an Men et la Cité interdite

L’endroit le plus connu de Pékin, son centre névralgique. Commençons par la place la plus célèbre de Pékin et, dit-on, la plus grande du monde. Honnêtement je ne l’ai pas trouvée très impressionnante mais c’est parce que, avec notre groupe, nous sommes restés à l’extrémité nord. Je regrette un peu de ne pas m’être approchée et de n’avoir pu visiter le mausolée de Mao, même si je ne doute pas qu’il y avait une queue longue comme la muraille. J’attendais beaucoup de cette place, ayant en tête la fameuse intervention des chars de 1989. Tant pis. Un monstre nous attendait.

En effet, au nord de cette place se trouve la fameuse Cité interdite. Je vous le dis tout de suite : il faut la vouloir cette Cité ! Notre guide nous a dit que, le site étant fermé le lundi, la foule venait en masse le dimanche… Et quelle foule ?! Je suppose que l’expression « tourisme de masse » tient son origine de ce lieu. Je n’ai jamais vu autant de touristes au m². La Tour Eiffel, Disneyland ou le Louvre ne sont rien comparé à ce que j’ai vécu dans l’enceinte de la Cité. Nous étions dans le bain dès les premières secondes, postés sous l’impressionnant portrait de Mao. Il faut dire que l’ambiance est assez singulière, notamment quand les militaires passent à côté de vous…

La Cité Pourpre est l’ancienne résidence de l’empereur et fut, durant des siècles, le cœur politique du pays. Il faut dire que tout était fait pour qu’on la remarque, il était interdit de construire plus haut.

Durant cette bonne heure et demi de découverte (assez rapide mais avec cette foule il était vraiment compliqué d’envisager plus), vous avancez depuis la cour extérieure jusqu’à la cour intérieure. Vous admirez une symétrie quasi parfaite de bâtiments, plus beaux les uns que les autres, servant pour les cérémonies, abritant les bureaux ou les appartements impériaux. Je pense qu’avoir les explications lors de votre visite est indispensable, malheureusement, ce ne fut pas notre cas.

Je devrais retenir de cette visite la beauté des palais et de leurs ornements mais c’est plutôt le sentiment de confusion et cette vague de personnes déferlant entre les cours qui me restent en mémoire. Mais bon, a priori ce n’est pas tous les jours comme cela !

temple chine pékin portrait

Qianstreet, la plus célèbre rue de Pékin

Cette grande rue a été mon coup de cœur du centre-ville. Nous avions un hôtel juste à côté et avons pu regagner notre chambre le soir en passant devant ces boutiques et ces nombreux restaurants. J’ai adoré l’ambiance, les couleurs… N’hésitez pas à vous arrêtez pour goûter une ou deux spécialités locales.

En parlant de nourriture… Mon échec pour ce court séjour, celui que j’ai du mal à assumer… Je n’ai pas pu goûter de canard laqué ! Le temps m’a manqué.. Mais également l’énergie pour essayer de communiquer avec les vendeurs dans la rue.

Mais j’ai pris des dumplings, ces raviolis farcis et autres spécialités dont je ne connais pas le nom car je n’ai vu que les sinogrammes (les caractères chinois). J’ai néanmoins été assez surprise par les prix, notamment ceux des dumplings. J’ai payé 5€ les 4 par exemple. C’est peut être naïf de ma part mais je m’attendais vraiment à moins cher 😐

Petit coup de cœur également pour la patate douce à la sortie du Palais d’Eté <3

 💡 Le Qian Men Hostel nous a accueillis pendant 1 nuit. C’était spartiate, le petit passage par l’extérieur pour rejoindre la douche par 6 degrés était sportif mais on a adoré l’ambiance. On a adoré le patio typiquement chinois dans sa décoration. De plus, l’hôtel est très bien situé ! Prix : 24€ pour deux.

rue temple chine

Le Palais d’été, entre splendeur et encombrement

Un peu excentré, le Palais d’été est situé à une quinzaine de kilomètres du centre-ville. Je vous conseille d’utiliser le métro pour y aller (5 CNY/ 0,55€ le trajet). Vous avez deux sorties : Xiyuan à l’est et Beigongmen plus au nord. Pour les deux il vous faudra marcher un peu avant d’entrer sur le site. D’ailleurs, j’ai trouvé que les sites étaient très mal indiqués et c’est difficile de suivre la foule pour se repérer car il y a la foule partout. Une marée humaine qui déferle de toute part… C’est vraiment ce qui m’a le plus marqué lors de ces deux jours, mais je crois que je vous l’ai déjà dit.

Le site fermait à 17h, le parc à 18h mais à 16h on a refusé de nous vendre des tickets avec toutes les entrées. Nous n’avons pas cherché à comprendre, l’anglais de la dame se limitant à « too late ». 20 CNY/ 2,6€ et c’est parti ! Mais par-où ?

La première demi-heure de la visite a été infernale… Nous passions de temples en temples entre les centaines milliers de touristes chinois, les personnes assurant la surveillance m’ont plusieurs fois demandé de quitter les lieux… Super accueillant. Le parc est juste gigantesque mais nous voulions de suite aller voir le Palais des Nuages ordonnés.

En longeant le lac, nous pouvions apercevoir l’autre rive et notamment le pont aux Dix-Sept Arches, envahi par la foule. Je vous jure, c’était à peine croyable…

Puis nous sommes finalement arrivés devant le fameux Palais des Nuages ordonnés. Porte close. La frustration s’est vraiment faite ressentir. Quand on décide de faire une escale ou de s’arrêter deux jours après un long voyage (qui ne fut pas de tout repos), il faut prendre en compte qu’on est plus sensible, moins apte à encaisser les petites déconvenues. Les joies du voyage 😐

Néanmoins, en avançant et en grimpant comme on pouvait sur des rochers, nous avons quand même pu avoir une superbe vue sur le palais et sur Pékin derrière… Le jeu en valait la chandelle. Et comme si mon karma s’était soudainement amélioré, le monde a un peu disparu. Les Chinois ont déserté les petits temples pour se concentrer sur l’artère principale. Respiration. Nous avons marché tranquillement jusqu’à la sortie nord.

En somme, une jolie balade même si nous n’avons pas pu énormément visiter et si la foule a vraiment contrarié nos plans. Le parc est magnifique mais, d’après le Routard, il faut vraiment privilégier une visite le matin (et pas le week-end je suppose).

temple chine pékin
temple pékin chine

La Muraille de Chine : une des 7 nouvelles merveilles du monde

Ce n’est pas un rêve : la Grande Muraille est accessible depuis Pékin !!! Le « dragon de dix mille lis », celui que je voyais petite dans le dessin animé Mulan, était à portée de main… Autant vous dire que je ne comptais pas laisser passer ma chance. Mais encore une fois, tout se mérite en Chine !

Grâce au tour Getyourguide, nous avons pu explorer le tronçon de Mutianyu, situé à 90 km au nord de Pékin. L’avantage est bien évidemment sa proximité, mais également le fait qu’il soit peut être un peu moins connu que Badaling. Nous avons eu du monde mais pas autant que nous aurions pu le craindre. Vous pouvez également y aller par vos propres moyens, en bus.

 💡  Le droit d’entrée au site est de 45 Yuan/ 6€.

Néanmoins, il y a deux étapes pour arriver jusqu’à la Muraille : se rendre sur le site et y monter. Vous pouvez choisir de monter à pied, évidemment nous n’avions pas le temps (excuse). L’autre solution consiste à prendre une télécabine/ télésiège. Et là, la franche rigolade commence. Gardez en tête que nous ne comprenions rien aux explications de notre guide… Je vous résume comment faire. Au point le plus haut (le A ou B, je ne me souviens plus), vous avez une télécabine et un peu plus bas, un télésiège.

Vous avez deux possibilités et le tarif varie en fonction de l’option choisie :

  • Monter et redescendre par le même chemin : 120 CNY/16€
  • Monter par l’un et redescendre par l’autre : 200 CNY/126€ (notre choix)

Mais là où tout se complique est qu’il ne faut pas passer par les mêmes guichets  pour acheter les tickets selon votre choix. Ah et puis, pour descendre, vous pouvez aussi choisir l’option toboggan/luge. Même avec le guide, nous avons bien perdu 25 minutes à comprendre le fonctionnement 😯

Une fois les billets en poche, nous voilà dans la télécabine qui nous approche progressivement de cette impressionnante muraille. Dès l’ascension, nous furent emportés. La section est parfaitement restaurée et très belle. Nous avons pu profiter une petit heure tout en haut, ce qui est déjà bien, mais nous aurions pu y passer un demi-journée tant on ne se lasse pas du décor. La muraille se fraye un chemin qui semble interminable entre les hautes et imposantes montagnes et les crêtes. Les parapets promettent des perspectives originales sur cet environnement merveilleux. Je suis subjuguée et heureuse, cela conclue parfaitement mon Pékin Express 2019 !

A noter qu’en haut vous pouvez acheter des collations, des boissons ou des souvenirs (le prix du petit dragon de jade est miraculeusement passé de 250 CNY/32€ à 80/10€, sans vraiment de négociation d’ailleurs).

rempart mur arbre
montagne pekin chinois

Mon avis sur Pékin

Je partage mon avis, très personnel hein, mais j’ai trouvé ces 2 jours à Pékin peu simples. Je n’ai jamais autant ressenti la barrière de la langue. La grande majorité des Chinois rencontrés ne parlaient pas anglais et ne voulaient même pas essayer de me comprendre, ils coupaient tout simplement court à la conversation et me viraient, littéralement.

De même, et c’est sans doute lié à cette barrière, je n’ai pas trouvé les Chinois rencontrés très agréables, au contraire même. Ils étaient froids, fermés et assez agressifs dans leur comportement vis-à-vis de nous.

Ils arrivent en masse sur un lieu et ne respectent absolument pas les autres : ils bousculent, dépassent, doublent, écrasent les pieds… Et comme ils sont vraiment très nombreux, l’atmosphère en devient oppressante. Et puis nous sommes a priori une curiosité pour eux. Cela ne me dérange pas en soi mais ils nous fixent sans complexe, nous prennent en photo et nous filment (nous les « blancs » je suppose). J’ai d’ailleurs surpris une scène très drôle où une femme faisait un selfie en déplaçant son téléphone de façon à… Ce qu’on ne me voit plus que moi ! 😛 

Vous l’aurez compris, j’ai eu beaucoup de mal avec les Chinois rencontrés au cours de ce séjour mais je reste ouverte à la discussion….

Néanmoins, la ville est assez dingue : gigantesque, tentaculaire, elle abrite autant les tours géantes que les quartiers authentiques (que je n’ai malheureusement pas pu visiter). C’est assez impressionnant l’espace dont on peut disposer dans le centre, autour de la place Tien an Men, comparé aux petites ruelles éclairées par les lanternes rouges. Si je décide de repasser par la Chine, c’est vraiment dans ces quartiers moins connus de Pékin que je me dirigerais.

Je conclus cependant sur mon véritable coup de cœur, l’impériale Grande Muraille. J’ai vraiment été très émue de voir ce monument et de pouvoir imaginer ce qu’il a vu et vécu. Rien que pour cette heure, je n’ai aucun regret quant à mes deux jours express à Pékin !

➡ Une partie des photos sur celles de mon ami James 😉

montagne chine pékin carole

Galerie

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *