Naples, ville prodigieuse ? Après tout, l’expression des Napolitains est bien « vois Naples et puis meurs ».

Du 20 au 24 novembre 2017, j’ai pu me rendre dans la capitale Napolitaine avec deux amies dont je partage également les photos. J’ai pu suivre les traces du roman d’Elena Ferrante « L’amie prodigieuse ». Au-delà de l’intérêt de la ville elle-même, Naples permet de sillonner une région riche en histoire et paysages magnifiques.

L’Europe à petits prix

Prix du vol Easyjet depuis Orly : 59€ par personne.

Prix du Airbnb : Quartier plutôt bien situé, avec une magnifique vue sur la baie mais en hauteur donc il faut les mollets. La seule épicerie du quartier est peu alimentée et régulièrement fermée donc il fallait s’organiser. Le prix était intéressant : 187€ les 4 nuits donc 62€ par personne.

naples vesuve

Que faire à Naples ? Suivre la règle des 5 N

Se noyer dans l’immensité

Se noyer dans le bourdonnement permanent de la ville de Naples. En perpétuel mouvement, dans une quasi turbulence, à l’image du volcan, le majestueux Vésuve, qui la surplombe. Naples ne peut laisser indifférent. Pour ma part, j’aime ces villes du sud, agitées, sales parfois, bruyantes, sulfureuses.

Nous avons passé une journée et demie dans son dédale de rues. La première nous permit de faire un bon tour du centre historique avec la découverte du Duomo, sa célèbre cathédrale. Puis nous avons erré dans les différents quartiers (Spagnoli, Spaccanapoli) jusqu’à la Piazza Bellini où se retrouvent les étudiants.

La seconde partie de la journée était davantage tournée vers la mer. Nous avons pu longer la Méditerranée jusqu’au Castel Nuevo et la superbe Place du Palais Royal avec le Théâtre San Carlo en face. Nous avons terminé la journée avec une balade dans le quartier de lungomare qui part du Castel dell’Ovo (coucher du soleil, vue magnifique sur la baie et le Vésuve…) jusqu’au carré d’or avec des boutiques de luxe et des bars tendances.

La dernière journée du voyage s’est également déroulée à Naples, dans le quartier Posollipo, une colline du sud de la ville. Nous avons pris le bus 140 à Mergellina et nous nous sommes arrêtées à Capo Posillipo pour redescendre ensuite à pied. La vue est splendide mais le soleil s’est fait timide. Partir fin novembre comporte l’énorme avantage des prix et de la tranquillité sur les sites mais si nous avons eu des températures bien supérieures à celle qu’affichait Paris, le soleil n’était pas toujours au rendez-vous.

Négliger le code de la route

La conduite napolitaine n’est pas un mythe. Il n’y a pas de loi, si ce n’est celle de klaxonner aussi régulièrement et insupportablement que possible. Les passages piétons ne signifient rien, s’arrêter au feu rouge est a priori mal venu, le STOP est inconnu du public, une deux voies devient rapidement une trois voies… La conduite est épuisante (pour mon amie qui a conduit évidemment) et le spectacle incroyable (au sens à peine croyable). Il paraît impossible qu’il n’y ait pas d’accidents mais les Napolitains ont leurs propres règles de priorité, elles nous sont juste incompréhensibles…

naples amalfi vue

Négocier les virages de la côte Amalfitaine

Nous avons débuté avec une traversée de la ville de Sorrento, une station balnéaire qui avait l’avantage de nous offrir une première vue sur la côte. La côte Amalfitaine démarre véritablement à Positano et ce jusqu’à Amalfi. Elle enchaîne des falaises tombant à pic dans la mer, des petits villages accrochés aux rochers et une végétation apportant une touche de couleur supplémentaire à ce spectacle. Attention, l’été la circulation est infernale !

Positano est, dit-on « incroyable » avec ses maisons dévalant la pente abrupte. Le soleil n’a pas toujours été de la partie, ne permettant pas de contempler ce « joyau de l’Italie du Sud » comme il se doit. Nous n’avons pas arpenté les ruelles, escaliers et jardins suspendus mais nous avons tout de même trouvé un joli point de vue !

Nous avons ensuite voulu faire la Grotta dello Smeraldo qui était malheureusement fermée en cette fin novembre : fail n°2 (après la météo à Positano).

Heureusement la splendide Amalfi nous réconcilie avec la journée et le soleil sublime la ville. La superbe Cattedrale di Sant’Andrea protège la ville et surtout son endroit clé : la Pasticceria Pansa <3.

Nous terminons par Ravello et sa route panoramique célèbre par la beauté de son spectacle. Mais… fail n°3 : la fameuse terrasse-jardin que j’avais repérée et dont la vue est incontournable est privée et… fermée ! La nature nous remercie tout de même pour notre positivisme face à cet énième échec. Elle nous offre des couleurs automnales et une lumière rasante sur le Vésuve pour notre retour. Ok, on pardonne.

naples forum pompei

Nouer ses lacets

Et partir à l’ascension du Vésuve qui surplombe la baie de Naples. L’ascension n’est pas la plus difficile et elle vaut le coup, pour le principe plus que pour la vue. En effet, une épaisse brume nous empêchait de contempler la baie comme nous l’espérions. De même, le volcan ayant perdu de sa hauteur suite à la fameuse l’éruption, le spectacle auquel on aurait pu s’attendre n’eut pas lieu. Le volcan étant en sommeil depuis 1944: le cratère est bouché, le magma se trouve à une dizaine de km en dessous. Mais nous étions sur le Vésuve, et ça, ça n’a pas de prix. Enfin un peu quand même : 10€ de 18 à 25 ans.

Nourrir son imaginaire

Et sa connaissance du passé en arpentant les rues pavées de Pompéi. Cette tragédie me passionne depuis l’enfance, elle avait d’ailleurs suscité mes envies successives d’être archéologue puis vulcanologue. L’émotion est grande, le moment quasi solennel face à ces « corps » immortalisés dans leur ultime position. La technique de conservation est incroyable et nous ramène en un regard à cette journée du 24 août en 79 après J-C. La conservation générale du site rend cette balade fantastique : l’amphithéâtre, le forum, le lupanar, les différentes villas… Nous sommes aidées par les différents films ou émissions que nous avons pu voir sur le sujet mais la projection est aisée.

Si nous avions disposé d’une journée supplémentaire nous serions allées bien évidemment à Capri et peut-être même Ischia, île où Lena ou Lina passent l’été décisif de leurs vies. Mais je reviendrai, ne serait-ce que pour continue à manger des pizzas, des pastas et des lasagnas…

L’Italie vous séduit de plus en plus ? Prenez le temps et poursuivez votre périple en découvrant Venise !

Galerie

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *