Auschwitz birkenau rails

Une journée au cœur de l’Histoire, la plus tragique soit-elle, pour perpétuer le devoir de mémoire.

C’est lors de mon week-end de 3 jours à Cracovie que j’ai pu visiter le camp d’Auschwitz-Birkenau. Cette ville polonaise est le point d’accès le plus évident pour organiser une visite du camp à la journée. Tout s’organise très facilement et vous serez rentrés le soir pour vous détendre dans Cracovie après une intense journée. En effet, il faut bien compter 8h (4h de visite et autant de transport) pour visiter les camps.

Organiser sa visite à Auschwitz-Birkenau

Je réponds à toutes vos questions pour visiter Auschwitz en une journée depuis Cracovie 😉

Comment préparer sa visite à Auschwitz-Birkenau ?

Pour avoir la réponse à toutes vos questions que la visite du camp, je vous recommande fortement d’aller vous informer sur le site officiel d’Auschwitz. Vous y retrouvez l’essentiel des informations :

  • Les horaires d’ouverture selon la saison à laquelle vous venez.
  • Le prix pour les adultes ne parlant pas polonais : 10€ – il existe également des tarifs réduits.
  • les horaires des tours en fonction de la langue que vous choisissez (français, polonais, allemand, anglais, tchèque, etc.).

Il est également possible (et plus confortable) de réserver en ligne, il peut vraiment y avoir beaucoup de touristes à certaines périodes. D’ailleurs, je ne peux pas vous recommander une période particulière pour visiter Auschwitz. J’y suis allée en été et la nature était magnifique, à tel point qu’il était difficile de s’imaginer les horaires vécues ici. Je pense qu’une visite en hiver doit être saisissante également…

Comment se rendre à Auschwitz-Birkenau ?

Pour commencer, le camp se situe dans la ville d’Auschwitz, à environ 70 km de Cracovie.

Le plus simple, si vous voulez être indépendant, est de louer une voiture à Cracovie. Vous pouvez partir et revenir à votre guise et il est facile de trouver des logements avec parking gratuit.

L’autre solution, celle qu’une majorité de touristes choisit, est de partir en bus depuis Cracovie. J’ai personnellement pris un bus tôt le matin depuis la Gare Centrale de Cracovie (Krakow Glowny) pour me rendre sur le site. Le trajet dure environ 1h30 et coûtait, en 2017, 7€ aller-retour. L’avantage est, que le matin vous avez des bus très régulièrement, puisque les touristes choisissent souvent de débuter leur journée assez tôt. Les trajets sont moins réguliers en fin de journée donc renseignez-vous pour ne pas être bloqués 😉 Cette solution est la plus économique mais également la plus longue et certainement moins confortable.

Il est également possible d’y aller en train.

Enfin, si vous voulez visiter Auschwitz-Birkenau sans vous soucier de l’organisation, je vous recommande de passer par Getyourguide qui propose des excursion à la journée à un prix tout à faire raisonnable. D’autres organismes proposent des journées type et vous récupèrent puis vous déposent à votre hôtel.

église tête cracovie

Se rendre à Auschwitz-Birkenau : hommage ou voyeurisme ?

L’organisation de mon voyage à Cracovie a apporté une réponse à ma double interrogation concernant la visite des camps de concentration et d’extermination. Est-ce du voyeurisme que de s’y rendre ? Vais-je le supporter ? J’avais, par exemple, particulièrement mal vécu la visite plus jeune de la ville d’Oradour-sur-Glane. Cette ville française martyre a vu sa population massacrée par une unité SS pendant la Seconde Guerre Mondiale. Et puis j’ai pris conscience de la chance que j’avais de pouvoir vivre à mon époque tout en pouvant être le témoin du passé. Néanmoins, vous trouverez peu de photos sur cet article, la pudeur sûrement. Il est d’ailleurs révoltant de voir les gens s’emparer des réseaux sociaux pour témoigner de leur venue avec des photos indécentes, révoltantes.

Vous pouvez tout à fait visiter Auschwitz-Birkenau sans préparer cette journée mais, pour ma part, je pense qu’il faut être prêt à assumer ce que vous allez voir. Ce n’est pas une visite anodine. Sachez, par exemple, que le site officiel déconseille une visite pour les mineurs en dessous de 14 ans…

Visiter Auschwitz-Birkenau

Le camp d’Auschwitz I

J’ai donc débuté ma visite avec le tour du camp d’Auschwitz I de 10h. Ma guide était Polonaise mais elle parlait très bien français. L’arrivée sur le site est particulièrement car il y a vraiment beaucoup de monde et énormément de bruit. Je m’attendais à moins…

La première étape, qui met tout de suite dans l’ambiance, est de passer par la fameuse entrée avec indiqué « arbeit macht frei », le travail rend libre. Les bruits extérieurs cessent à ce moment tant l’ambiance est pensante. Nous passons ensuite de blocs en blocs où nous trouvons des explications sur le fonctionnement du camp (textes, photos), des objets appartenant aux déportés (tas de chaussures notamment, bagages, lunettes…) et l’histoire de ces minorités assassinées. Je suis marquée par le contraste entre les barbelés et la végétation luxuriante qui a repris ses droits en ce mois de juin.

Après la visite de ces blocs, on termine cette partie avec la première chambre à gaz et le premier four crématoire… Sans commentaire. On a ensuite rejoint l’entrée du site pour prendre la navette vers le site de Birkenau, à quelques kilomètres.

auschwitz birkenau camp

Birkenau

Nous arrivons quelques minutes plus tard au camp d’extermination Auschwitz II – Birkenau à 3 km. L’ambiance est plus lourde, les gens plus silencieux en pénétrant dans ce qui fut un camp de travail forcé et un camp d’extermination. Ma première impression est que le site est magnifique. Il fait un soleil radieux, les fleurs sont sorties. Il est difficile d’imaginer la gadoue constante dans laquelle « survivaient » les déportés, notamment au cours des hivers interminables.

A peine entrés, vous reconnaîtrez LA photo du camp : la porte avec ses rails. Le site est immense, entre les baraquements et les vestiges des fours crématoires. S’ils ont quasi tous été détruits par les nazis avant qu’ils ne prennent la fuite, nous pouvons tout de même pénétrer dans l’un d’entre eux.

La visite guidée a été malheureusement un peu expédiée sur la fin puisque notre guide devait impérativement rejoindre son prochain groupe. Je suis restée sur le site pour mesurer le moment que j’étais en train de vivre. En avançant entre les baraquements, je lisais les passages si marquants d’Une vie, de Simone Veil. Coïncidence, elle est décédée quelques jours plus tard, laissant derrière elle son magnifique combat. Simone Veil est un exemple de parcours en tant que femme, mère et survivante qui n’a cessé et ne cessera de m’influencer. Elle qui disait : « Rentrez et racontez, pour que l’on sache et que cela ne puisse plus se reproduire ».

auschwitz simone veil femme
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *