Immersion bien trop courte en Afrique du Sud, à la poursuite de son histoire passionnante mais également des plus beaux animaux du continent africain. Récit d’un coup de cœur ❤️

    • Informations pratiques sur l’Afrique du Sud

Durée de vol : entre 13 et 15h avec escale.
Décalage horaire : +1h en hiver.
Santé :
aucune vaccination obligatoire mais certaines sont recommandées, notamment en lien avec les zones où vous vous rendrez (hépatites virales A et B notamment). Traitement antipaludique conseillé. A l’aéroport ils sont vigilants face aux risques de contagion, il y avait un « détecteur de température corporelle » pour déceler les éventuelles fièvres.
Entrée / séjour :
pour un séjour inférieur à 90 jours, les titulaires d’un passeport français sont dispensés de visa.

Langue : il y a 11 langues officielles en Afrique du Sud. Parmi elles l’afrikaans, l’anglais, le xhosa, le zoulou… Focus sur l’afrikaans : il s’agit d’une langue qui s’apparente au néerlandais et qui a été importée par les colons venus des Pays-Bas. Leur langue, le Boers, signifiant « paysan », est devenue l’afrikaans.
Monnaie : le rand (ZAR) – 1 ZAR = 0.06 € et 1€ = 17 ZAR.

voiture jeep parc

route savane

Pourquoi ai-je choisi l’Afrique du Sud ?

L’ambiance de la Coupe du monde 2010 a juste été un énorme coup de projecteur sur ce pays. Des articles lus ensuite, des exposés écoutés, des livres recommandés ont décuplé l’attraction que je ressentais pour la Nation arc-en-ciel. Pourquoi ce surnom d’ailleurs ? Explication 😎

L’histoire de l’Afrique du Sud… Mais quelle histoire !

La première raison qui a suscité cet intérêt est avant tout historique. Passionnée d’Histoire, l’Apartheid et les efforts de réconciliation qui s’en sont suivis, est une période juste incroyable. L’Afrique du Sud c’est la« Rainbow Nation », la Nation arc-en-ciel, est une notion inventée par l’archevêque Desmond Tutu (Prix Nobel de la paix en 1984). Elle image ce rêve de construire une Afrique du Sud postapartheid, post-raciale.

Il s’agit bien évidemment du pays de Nelson Mandela mais tant d’hommes et femmes sont liés à l’Afrique du Sud : Gandhi (oui oui), Christiaan Barnard (pionnier des opérations cardiaques), Desmond Tutu, Charlize Théron, Johnny Clegg, Shakira, etc… Une histoire peu étudiée au lycée mais que j’ai commencée à découvrir grâce au film « Invictus ». La réconciliation raciale par le sport initiée par les Sud-africains trouve ici un bel hommage. Un autre film, dont la véracité des faits est contestée mais qui mérite le coup d’œil est « Goodbye Bafana » qui parle de la relation entre Mandela et l’un de ses gardiens, des années 1960 à sa libération en 1990.

train gare

Que voir en Afrique du Sud ?

Cette liste est loin d’être exhaustive, elle part des raisons de mon émoi pour ce pays. Étant donné mon goût pour l’Histoire, j’étais attirée par ses musées et tout ce qui peut retracer l’évolution de la Nation arc-en-ciel. Je vous parle davantage de Johannesburg, un musée à ciel ouvert. La prochaine fois, j’irai plus au sud pour visiter l’incroyable ville du Cap et l’île où fut détenu Mandela, Robben Island.

Évidemment les animaux font partie intégrante de ce pays et les safaris possibles sont nombreux. Attention cependant, par « safari » je n’entends pas « chasse » mais partir à la recherche d’animaux grâce aux gigantesques réserves et parcs.  Je détaille davantage mon expérience au sein de l’immanquable parc Kruger.

Venir en Afrique du Sud c’est aussi prendre le temps de parler avec ses habitants, de leur Histoire (elle est lourde avec son Histoire 😀 ), de leurs cultures, de leurs coutumes. Je partage d’ailleurs une notion humaniste découverte à l’occasion de ce voyage. Connaissez-vous “ubuntu” ? Non, pas le système d’exploitation 😛 Il est très difficile de traduire correctement cette valeur mais je reprends le discours de Barack Obama lors des funérailles de Mandela : « un mot qui résume le plus grand cadeau que nous ait fait Mandela, son intuition que nous sommes tous liés les uns aux autres d’une manière invisible pour les yeux, que l’humanité est un tout, que notre épanouissement vient du partage et du souci de l’autre.»

Enfin, l’un des arguments de l’Afrique du Sud est qu’elle permet également de découvrir la région australe, des magnifiques plages du Mozambique au désert namibien, en passant par les plaines du Botswana ou du Zimbabwe. Et que dire de la curiosité de cette enclave que forme le Lesotho ? Une véritable richesse ce pays !

antilope nature

Et l’insécurité en Afrique du Sud ?

Voilà une question récurrente : “tu n’as pas eu peur ?” Il est vrai que l’Afrique du Sud jouit d’une mauvaise, voire sulfureuse, réputation (juste à plus d’un titre). Les séquelles de l’apartheid et le développement rapide ont accru les inégalités et généré un niveau d’insécurité et une criminalité à prendre en compte quand on y voyage en Afrique. Ce fut d’ailleurs l’une des raisons de mon choix d’un voyage organisé. Voyager avec un guide m’a permis de me sentir en confiance. Il est vrai que j’ai un peu hésité en rentrant dans Soweto, le célèbre quartier de Joburg. Les clichés ont la peau dure.

Mes lectures sur l’Afrique du Sud

Avant de partir j’ai également empli ma bibliothèque de plusieurs ouvrages clés, ouvrages que je partage volontiers.

  • « Un long chemin vers la liberté », l’œuvre autobiographique, adaptée au cinéma, de Nelson Mandela. Bien sûr, ce n’est pas un récit objectif, bien sûr la violence des actes posés à cette époque par Mandela et ses comparses est relativisée, justifiée. Il s’agit tout de même d’un regard éclairé sur une époque et un contexte qui nous échappe parfois. Au-delà des polémiques, Mandela était un homme attaché à ses convictions et qui a énormément œuvré pour son pays.
  • « Une saison blanche et sèche » d’André Brink. Terrifiant, symbole de la littérature résistante.
  • « Au-delà du silence » d’André Brink vous renvoie au début du XXème siècle pour raconter le destin d’une de ses femmes venues d’Allemagne pour épouser des colons allemands.
  • « Disgâce » de J. M Coetzee un aperçu de la dureté de la vie quotidienne dans une ferme dans l’Afrique du Sud post-apartheid.
  • « Vivre à présent » de Nadine Gordimer raconte l’histoire d’un couple métisse, de leur union interdite aux promesses d’une vie meilleure postapartheid.
mandela musée

Comment se rendre en Afrique du Sud ?

J’ai pris l’avion le 15 juillet, arrivée le 16 juillet 2016 à Johannesburg puis retour le 2 août.

La compagnie : Saudia, compagnie d’Arabie Saoudite. Les billets étaient très abordables, le service impeccable ! Petite frayeur néanmoins avant que l’avion ne décolle lorsque les paroles de Mahomet le prophète ont retenti dans l’avion. Partie le lendemain de l’attentat de Nice, le « Allah Akbar » perçu alors que je commençais à m’endormir a pu me surprendre quelque peu 😉 Au final, il s’agit de paroles de Mahomet souhaitant un bon voyage et une belle découverte. C’était véritablement magnifique !

Le seul « bémol » fut les deux escales à l’aéroport de Jeddah, en Arabie Saoudite. Je ne pouvais pas sortir de l’aéroport donc j’ai dû patienter deux fois 8 heures dans une salle bondée, sans wifi, avec de la fièvre pour le retour et surtout une atmosphère pesante. Partant en voyage, j’étais habillée en t-shirt et en legging pour être plus confortable. Je comprends que cela puisse choquer étant donné la différence culturelle mais les regards appuyés, les chuchotements et la désapprobation flagrante pendant 2×8 heures… c’est long 🙄

Le survol de l’Afrique et notamment du lac Malawi m’a bien évidemment fait oublier ces désagréments ❤️Me voilà à Johannesburg pour découvrir pendant 15 jours l’Afrique Australe. Cette aventure commence avec quelques jours au nord de l’Afrique du Sud. Mon mp3 est bloqué sur Asibonanga du groupe Savuka dirigé par Johnny Clegg. Une chanson dédiée à Mandela emprisonné. Let’s go !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *