Au-delà des plages carte postale, la Guadeloupe est d’une richesse et d’une variété de paysages assez incroyable ! Un exemple parfait : l’île de Basse-Terre. Des plages caribéennes à la forêt tropicale en passant par son volcan, ce bout de terre déborde d’activités différentes !

Basse-Terre est la partie ouest de la Guadeloupe, celle qui se distingue par son horizon montagneux. Sa figure emblématique ? Son volcan, la Soufrière, qui retient les nuages et vous contemple sur votre plage de Grande-Terre. Sa ville principale, la ville de Basse-Terre, est la capitale administrative de la Guadeloupe (cité administrative, préfecture). L’île de Basse-Terre est généreuse, elle donne tout : la douceur de vivre, une nature verdoyante, des pluies aussi intenses que courtes, etc. De fait, on partage nos plus belles découvertes pendant ces 4 jours 😉 

 💡 Comment articuler son voyage en Guadeloupe ? On vous donne quelques conseils sur votre itinéraire.

jardin botanique guadeloupe

Entre terre et mer

Nous avons adoré jongler entre les bords de mer et la Guadeloupe de l’intérieur mais deux incontournables d’un voyage en Basse-Terre nous ont permis de mêler l’un et l’autre.

Le jardin botanique de Deshaies

Un jardin oui, mais avec une vue à couper le souffle sur la mer des Caraïbes ! En effet, principal attrait de la charmante ville de Deshaies, ce jardin botanique est classé « Jardin remarquable ». Et à peine entré, on comprend pourquoi ! Autrefois propriété de Coluche, il a été réaménagé pour nous faire voyager sur tous les continents le temps d’une balade. Le magnifique arbre du voyageur, un impressionnant banian, un fromager sans chèvre, un arbre à saucisson… De quoi satisfaire toutes les curiosités, des plus grands aux plus petits ! Nous découvrons des espèces plus belles les unes que les autres en parcourant en sentier aménagé. De temps en temps, vous avez le plaisir (la joie !) de croiser des animaux : une gigantesque volière aux perroquets peu farouches, de magnifiques aras, des flamants roses et des dizaines de carpes affamées. Un excellent moment, qui se paie tout de même (15,90€ l’entrée) !

Grand Cul-de-Sac marin et la mangrove

Au départ de Sainte-Rose, nous avons testé (pour vous hein), une excursion avec Blue Lagoon. Pour 38€ par personne, vous passez la demi-journée à explorer les îlets sauvages de ce lagon fermé par la barrière de corail et à découvrir les mystères de la mangrove.

Au programme tout d’abord : cap sur la mangrove. En remontant la rivière moustique, le guide vous explique, vous montre, vous raconte. Et vous ? Vous écoutez, vous apprenez, vous contemplez et vous vous prenez une branche (ah non, ça c’est juste moi 😎 ). Pendant 1h30 vous essayez d’assimiler un maximum de connaissances sur les différents arbres (3 sortes de palétuviers quand même… je crois), les légendes associées et les animaux dont vous partagez le refuge. Vraiment passionnant et original !

Ensuite s’amorce la seconde partie du voyage avec un changement de décor radical ! Direction les îlets sauvages du lagon 😎 Prenez vos masques et tubas (on vous en prête), deux spots incontournables :

  • autour d’une épave de bateau déplacée en plein milieu du lagon par Hugo, l’ouragan de 1989.
  • autour d’un tout petit îlet bordé de mangrove. Le spectacle est sous l’eau, au plus près des racines ! Des centaines de petits poissons, des crabes, des barracudas (tout petits), etc.

Pour conclure la matinée, nous terminons avec un bon rhum servi sur l’îlet Caret : l’îlet de carte postale par excellence !

mangrove guadeloupe

Au cœur de la forêt tropicale de Basse-Terre

Impensable de séjourner sur cette partie de la Guadeloupe sans profiter du massif forestier de Basse-Terre. En effet, du Col des Mamelles au nord jusqu’au sud de la Soufrière, la forêt tropicale est aussi imposante qu’attirante. La richesse de sa faune et de sa flore ne cessera de vous émerveiller et que dire de ses cascades ? On vous laisse vous faire votre propre avis (nous, on est conquis !).

La Soufrière, le volcan de Guadeloupe

« La vieille Dame » ! Elle qui nous faisait de l’œil depuis le début de voyage, la seule incertitude de notre séjour. La météo va t-elle permettre de montrer la Soufrière ? Vais-je en être capable ? La réponse est : oui et… oui ! 🙂

Il faut dire que Madame est capricieuse ! Toujours dans son nuage, affichant une pluviosité record, il faut vérifier la météo chaque jour pour savoir si l’ascension est possible. Nous n’avons pas échappé à une petite pluie mais ce n’est rien comparé à ce qu’il est possible de tomber. Et autant vous dire que monter 2h dans ce genre de conditions n’est pas une partie de plaisir. Au total, la randonné nous a pris 5h parce que nous avons pris le temps. Les impératifs : chaussures de randonnée, k-way et un petit coup d’œil sur la météo avant de partir.

De manière générale, le site est en alerte jaune, même si aucune éruption n’est prévue à court terme. Pour info, le bulletin séisme de novembre a indiqué qu’il y avait eu 280 séismes inférieurs à 2 sur l’échelle de Richter, l’activité est donc constante.

L’ascension de la Soufrière

Mais reprenons au début. Il faut arriver assez tôt pour avoir la possibilité de se garer aux bains jaunes. En effet, si l’affluence est forte, vous devrez chercher des places plus bas, ce qui rajoute à la marche. Nous en avons plutôt profité au retour mais les bains jaunes sont des sources d’eau chaude naturelle. Attention à ne pas mettre la tête sous l’eau, mais les panneaux vous le rappellent, à cause des amibes responsables d’une méningite mortelle. A partir du parking s’amorce la première partie de l’ascension : le pas du Roy , un sentier dallé au cœur de la jungle. Le décor est superbe mais ce fut la partie la plus dure pour moi : moins d’air, des pavés glissants, une pente en continue…  🙄

Après 40 minutes vous arrivez à la Savane-à-Mulets, au pied du dôme. À 8h30 il était couvert mais il nous a fait le plaisir de nous montrer toute sa beauté au retour. Et là vous apprenez qu’autrefois, avant un éboulement, le parking était celui-là. Ok tu viens de monter 40 minutes qui étaient avant optionnelles… On garde son calme. Ah bah non, pluie  😯 Au moins, ça motive à avancer (ou à revenir sur ses pas, on en a vu).

Ensuite, on s’attaque réellement à Madame : 1 467 mètre tout de même ! Le Chemin des Dames est vraiment magnifique. L’espace de quelques instants, le brouillard se dégage par ci par là et vous laisse entrevoir la mer ou les flancs du volcan. Quand vous arrivez à la Grande Faille c’est que le sommet ne doit plus être très loin… Non ? Oui.. mais il faut escalader maintenant. Enfin, de la petite escalade mais après 1h30 de montée, la dernière ligne droite est salée. Mais motivés comme jamais (enfin on se demandait pourquoi tout le monde redescendait trempés…) nous y arrivons !

Et là le spectacle est…. Caché. Le caprice de Madame continue, le brouillard ne se dissipe pas. Tant pis, on est là, on profite du brouillard et des odeurs d’œufs pourris car on a payé pour (payé de ses jambes). Puisque nous avons un bon karma la vue se dégage progressivement, ponctuellement, ultra rapidement. Autant dire qu’il faut dégainer le portable très vite pour avoir la possibilité de prendre en photo la vue mais quelle vue ! Tranquillou sur ton petit volcan, tu contemples  😎

Il faut redescendre par l’autre côté, là où vous voyez les fumerolles. La Porte de l’Enfer : un cratère, c’est chaud, c’est sulfureux : on adore ! Au retour, les efforts se paient directement avec une superbe vue sur les Saintes.

volcan soufrière guadeloupe

Les plus belles chutes et cascades de Guadeloupe

La Guadeloupe, l’île aux belles eaux (Karukera), n’a pas obtenu ce nom par hasard. Notre séjour nous a donné la possibilité d’observer certaines des nombreuses, très nombreuses, cascades et chutes de Guadeloupe. Nous vous faisons notre top 4.

1. Bassin ou Cascade Paradise

Notre préférée, une petite pépite bien cachée dans la forêt. Il vous faut prendre la route qui vous mène aux Chutes du Carbet et un peu avant, emprunter un petit chemin qui descend bien pour atteindre le Graal. Parce que le paradis se mérite, il vous faut crapahuter 20 minutes (attention, risque de chute 🙄 ). Une petite chute d’eau chaude crée le contraste avec un bassin d’une fraîcheur bienvenue en cette chaleur tropicale  !

2. Saut d’Acomat

Cette petite cascade et son bassin sont un autre incontournable du coin ! Au bout de la route de la traversée, ce trésor se mérite également (similaire au Bassin Paradise = une pente raide et accidentée pendant une vingtaine de minutes). Puis vous l’apercevez au loin mais il faut encore traverser la rivière : on se la joue équilibriste et on passe sur les pierres ou on se mouille. Ainsi, considérant mon équilibre, le choix fut vite fait  😛 Le décor est magnifique, vous êtes au milieu de la forêt. Possibilité de se baigner également dans le bassin qui fait 17 mètres de profondeur.

3. Deuxième chute du Carbet

Si les chutes répondent au nombre de trois, nous n’en avons fait qu’une : la plus accessible. Prix d’accès au site : 2,40€ par personne.

La deuxième chute du Carbet se rejoint par un fantastique chemin aménagé à travers la forêt. La balade de 20 minutes a un charme énorme et participe à la magie du lieu. Vous arrivez ensuite en bas d’une chute de 110 mètres de haut. Pas tout à fait en bas du fait de la dangerosité (chutes de pierre). Il y avait avant un balcon qui était en semi-ruine et donc interdit quand nous y sommes allés. Tant pis, le spectacle était quand même impressionnant !

Les deux autres chutes sont à 1h30 et 2h de marche et le départ ne se fait pas au même endroit. C’était le cas pour la première jusqu’à il y a peu, avant un glissement de terrain.

4. Cascade aux Écrevisses

Notre seul arrêt dans la fameuse route de la Traversée qui traverse de part en part la forêt humide. La Cascade aux Écrevisses se situe à 5 minutes à pied, sur un chemin aménagé. L’endroit est charmant mais tellement accessible qu’il y a beaucoup de touristes, contrairement aux sites précédents. Vaut le détour tout de même !

Les plages de Basse-Terre

Si nous sommes restés sans voix devant les plages de Grande-Terre, celles de Basse-Terre ont également beaucoup à offrir.

La discrète plage des Amandiers

Nous y sommes arrivés un peu par hasard mais cette plage de Sainte-Rose aux premières lueurs du soleil était vraiment splendide. Néanmoins, du fait de la force des vagues, nous ne nous sommes pas baignés.

La plage de la Perle

A côté de sa plus célèbre voisine, Grande Anse, nous avons préféré la plage de la Perle. Si les eaux étaient trop agitées pour envisager un bain, le décor était magnifique. On a également aimé l’ambiance avec un fond musical caribéen. Ce fut un petit moment de détente apprécié après le jardin botanique de Deshaies.

La plage de Malendure

Mais notre coup de cœur de Basse-Terre niveau plage est celle de Malendure. Cette plage de sable noir est réputée pour être au cœur d’un espace sous-marin sans précédent : la réserve Cousteau. Plusieurs activités sont proposées mais nous avons choisi la sortie kayak jusqu’à l’îlet Pigeon pendant 3h (50€ pour deux). Après 30 minutes plus ou moins efficaces de rame, la rencontre avec un iguane flottant, nous arrivons sur l’îlet. Le snorkelling y valait vraiment la peine, spécifiquement autour de la toute première plage. Nous étions tellement absorbés par la mer que nous n’avons pas pris le temps d’explorer l’îlet, ni même d’aller sur la plage de l’autre côté.

Nous sommes rentrés à temps pour admirer le superbe coucher du soleil depuis la plage de Malendure 😎

Encore envie de plages ? File aux Saintes, le paradis sur terre !

coucher du soleil perle guadeloupe

La distillerie Longueteau

Un petit arrêt s’impose ! En effet, même si le rhum n’est pas notre tasse de thé, à moins d’une allergie, on ne peut pas en faire l’impasse lors d’un voyage en Guadeloupe ! Par conséquent, nous avons choisi la distillerie Longueteau (gratuite) et ce fut une super expérience. Nous avons tout d’abord visité les installations, dans un décor superbe (champs de canne à sucre, mer au loin…) ! On a ainsi compris comment se faisait le rhum, étape par étape. Ils ont d’ailleurs la particularité de faire du rhum à 62° ! Pour parfaire notre curiosité, tant intellectuelle que gustative, nous avons poursuivi avec un petit tour dans la boutique. Voyageant sans bagage en soute, nous n’avons malheureusement rien pu acheter mais nous avons goûté ! Un charmant jeune homme a répondu à nos questions en nous faisant tester plusieurs rhums ou punchs. Heureusement, nous avons pu acheter certaines bouteilles pour nos proches à l’aéroport (que pour eux, je vous jure 🙄 ).

 💡 Pour retrouver notre voyage en image, n’hésitez pas à aller voir notre vidéo Guadeloupe 2018.

Galerie

2 réponses
  1. James
    James dit :

    Lire cet article, c’est comme se repolonger dans l’un des plus beaux voyages que j’ai fait à ce jour.
    Moi aussi j’ai préféré la plage Malédure. Elle est superbe lorsqu’elle est baignée de soleil.

    Il est également intéressant de se rendre à Bouillante pour ses eaux « bouillantes ». C’est impressionnant.
    Fans de café : l’incontournable = la plantation Vanibel. Un délice pour les sens.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *