méjean cote bleue

Aujourd’hui, on vous présente l’un de nos coups de cœur dans les Bouches du Rhône : la Côte Bleue ! On vous guide en vous partageant nos incontournables de la région, entre ville envoûtante et calanques magnifiques ! Vous êtes prêts à en prendre plein les yeux ?

Il y a Marseille et il y a ses calanques. Et quand on vous dit « calanques », vous pensez légitimement en premier lieu aux calanques de Marseille et celles de Cassis qui font partie des plus beaux endroits de France. Evidemment, on vous conseille d’y aller parce qu’elles sont effectivement magnifiques et sans pareil.

Mais Marseille, c’est aussi la Côte Bleue, que nous ne connaissions pas avant de passer quelques jours dans la cité Phocéenne. C’est donc tout naturellement que nous avons décidé d’y aller un week-end, en mai 2022. Entre la découverte de Martigues et une randonnée reliant quelques-unes des plus belles calanques de la région, ce week-end a tenu toutes ses promesses, nous étions sous le charme !

On vous présente donc cette Côte Bleue, aux portes de Marseille, qui nous a tant surpris et tant séduits. Où dormir ? Comment circuler entre les calanques ? Quels sont les incontournables de la Côte Bleue ? On répond à toutes vos questions pour visiter la Côte Bleue, en espérant achever de vous convaincre de la beauté de cette région moins connue. C’est partie !

calanque plage
mer garrigues
carole diabète
rue façade

Comment visiter la Côte Bleue ?

Quand et combien de temps visiter la Côte Bleue ?

Nous sommes partis visiter Côte Bleue et ses calanques le premier week-end de mai 2022 et c’était parfait. La météo était idéale (enfin, pas assez pour me baigner 😉 ) pour les randonnées et profiter du coin. En revanche, il y avait déjà pas mal de monde donc je n’ose pas imaginer l’été.

Comme pour toute cette magnifique région, essayez de visiter la Côte Bleue hors saison, c’est plus agréable !

Nous sommes restés 2 jours dans les environs, en intégrant la visite de la Cité Radieuse de Marseille à notre itinéraire sur la Côte Bleue. C’était clairement trop court. Une troisième journée nous aurait permis de terminer de découvrir les calanques de cette zone et quelques autres sites dont on vous parle en conclusion.

port

Comment circuler ?

Nous sommes allés sur la Côte Bleue en voiture. C’était plutôt agréable car nous étions hors saison donc il était relativement facile de circuler et de se garer. En revanche, si vous visitez la Côte Bleue en plein été, vous pouvez oublier la voiture. En plus du monde, il y a des restrictions sur les week-ends. Dans ces moments, des parkings sont prévus mais un peu plus loin du centre-ville donc il vous faut marcher, notamment à Méjean.

La meilleure solution, dans ces cas-là, est le train ! Car, tout le long de la Côte Bleue, traverse la ligne ferroviaire qui relie Marseille à Miramas. Vous pourrez descendre et monter dans le train à deux stations : la gare de Niolon et celle d’Ensuès-la-Redonne. Nous avons d’ailleurs emprunté le TER entre ces deux gares pour faire notre randonnée le dimanche. Et, marcher sur le sentier des douaniers reste une valeur sûre pour profiter de la Côte Bleue.

Enfin, il y a également des bus qui sillonnent la région, notamment la ligne C7.

méditerranée randonnée

Les incontournables de la Côte bleue : Marseille et Martigues

Pour trouver la Côte Bleue, c’est bien simple : elle est entre Marseille et Martigues. Alors on commence par vous présenter ces deux jolies villes méditerranéennes.

Visiter Marseille

Marseille nous attire comme elle nous frustre par moment. On a un rapport assez ambivalent avec cette ville dans laquelle nous sommes allés plusieurs fois et que nous cessons de découvrir. Car il y en a des choses à faire à Marseille et il serait dommage de s’en priver.

On vous la raconte dans un article sur Marseille qu’on complète à chaque passage, depuis les classiques du Panier et de Notre-Dame-de-la-Garde, jusqu’à la Cité Radieuse en passant par les îles du Frioul. Marseille est tellement intéressante !

Lors de notre week-end sur la Côte Bleue, nous avons visité la Cité Radieuse pensée par Le Corbusier et on a adoré, on vous la recommande ! Nous avions ensuite déjeuné dans le parc Borély avant de rejoindre le quartier de l’Estaque !

Combien de temps rester à Marseille ? Nous y avons passé 3 journées et avons encore beaucoup de choses à découvrir… Alors restez le plus possible 😉

carole graff rue

Visiter Martigues

Martigues a été une très jolie découverte lors de notre week-end sur la Côte Bleue près de Marseille. Nous y avons passé une fin d’après-midi ensoleillée et une douce soirée de printemps. C’est l’endroit idéal pour sillonner la région, nous y avions pris un Airbnb pour la nuit.

Nous nous sommes promenés dans Martigues pour découvrir cette petite Venise provençale comme on l’appelle. Elle nous a beaucoup fait penser à Sète d’ailleurs, ou à Venise bien sûr. S’il y a un incontournable à Martigues, c’est bien le miroir aux Oiseaux sur l’île. Vous ne pouvez pas en faire l’impasse, l’endroit est tellement charmant ! Les façades colorées et qui respirent la douceur de vivre provençale, les tartanes amarrées (les petites barques), ce bras de canal… On ne s’attendait pas à cette carte postale.

Quand vous aurez réussi à vous détacher de cette vue, n’hésitez pas à vous perdre dans les ruelles, le spectacle est tout aussi sympa.

💡 Pour un bon dîner devant le canal, on vous conseille Les Terrasses.

port bateaux
carole port
barques
carole ruelle

Les calanques de la Côte Bleue : tout savoir

Les calanques de la Côte Bleue sont moins connues que celle de Cassis ou Marseille, mais, je peux vous le garantir, elles valent le détour ! Prenez le temps de les découvrir et de profiter de cette ambiance très différente des autres calanques de la région.

Le premier argument qui pourra vous convaincre c’est que, depuis ces calanques… Vous verrez Marseille ! La Cité phocéenne sera en arrière-plan de vos balades et, rien que pour ça, vous allez adorer ce coin !

On vous présente les calanques qu’on a eu la chance de découvrir lors de notre week-end sur la Côte Bleue ❤️

bateau calanques

La calanque de l’Establon

On commence par la calanque que nous avons découverte le samedi et qui n’était donc pas sur le tracé de la randonnée du lendemain : la calanque de l’Establon.

On vous conseille bien sûr d’aller la découvrir, mais, honnêtement, cela a été un peu une aventure pour la rejoindre et la quitter. On n’a pas été très bons 😀 Pour la trouver, indiquez « chemin de Resquiadou » sur votre GPS. Nous avons trouvé une place le long de cette petite route, derrière plusieurs voitures. Nous avons ensuite un peu galéré pour trouver le chemin qui descendait à la calanque, mais, avec d’autres visiteurs, nous avons poursuivi un peu sur la route avant de bifurquer vers la gauche, sur un petit pont en pierre. Et c’est là que les ennuis ont commencé 😎

Non, je n’ai clairement pas assuré, car je n’avais que des petites sandales et, avec mon syndrome fémoro-patellaire, j’aurais dû prévoir autre chose. Vous commencez un peu par grimper, sans que cela soit trop difficile ceci dit. Puis, vous descendez jusqu’à revenir au niveau de la voie ferrée. Là, attention, si vous partez vers la gauche, vous rejoindrez d’autres calanques. Il faut trouver le petit tunnel, en face de vous, qui vous permet de passer sous la voie.

Ensuite, vous continuez de descendre, il y a un passage avec une corde pour vous aider. Vous arrivez ensuite au-dessus de la calanque qui est magnifique. Les photos en témoignent : l’eau est translucide, le cadre paradisiaque, et Marseille est en arrière-plan, comme je vous le disais. Il n’y a pas énormément de place et il vous faudra poser la serviette sur les cailloux. Je vous conseille aussi de prévoir les chaussures d’eau. Ce n’est pas la Bretagne, il n’y a pas de sable 🙄

Pour repartir, on a décidé de suivre des gens qui n’empruntaient pas le même chemin que nous à l’aller… Sauf que nous les avons perdus et c’est parti en freestyle… Nous étions arrivés par la droite de la calanque (quand la mer est en face) et nous sommes donc repartis en grimpant au niveau du pont. Nous avons commencé par grimper en escaladant le béton, mais certainement trop haut, car nous n’avions pas moyen de repartir sur le chemin. C’était franchement galère et un peu dangereux (il y avait du verre partout). On a donc rebroussé chemin pour finalement trouver un passage jusqu’à la voie ferrée. Sauf que… Nous n’étions pas du bon côté…

On a donc traversé cette voie grâce à un trou dans le grillage (attention au passage du train, évidemment), pour nous retrouver sur un grand chantier qui était évidemment fermé… Pas moyen de rejoindre le chemin sur lequel était garée la voiture. Heureusement, un jeune homme nous a guidés via à un passage un peu secret. Il fallait donc bien rester de l’autre côté de la voie, la longer jusqu’au viaduc, redescendre un peu par le chemin et emprunter un tunnel bien flippant. Je ne sais même pas si vous serez en capacité de retrouver ce chemin donc le mieux est peut-être de reprendre celui par lequel nous sommes arrivés non ? 😛

calanque mer

Une randonnée à travers les calanques

Le dimanche, nous avons choisi de cette une jolie randonnée qui allait nous permettre de voir quelques-unes des plus jolies calanques de la Côte Bleue. On n’a pas regretté, c’était vraiment parfait !

Il s’agissait de la randonnée de Niolon à la Redonne, en passant par le sentier des douaniers. Comptez à minima 3 heures (sans les pauses nécessaires pour profiter de ces points de vue incroyables) pour ces 7 kilomètres. Elle est notée comme difficile, mais nous n’avons pas trouvé que c’était vraiment le cas. Le dénivelé positif est de 236 mètres, il y a un ou deux passages avec des cordes sur lesquels il faut descendre sur les fesses et puis c’est tout. Bien sûr, partez avec de la nourriture, de bonnes chausses, une casquette et assez d’eau. Nous étions partis à la journée, avec des pique-niques à savourer au milieu, le bon plan !

Il ne s’agit pas d’une boucle donc le mieux est de laisser sa voiture à l’arrivée, à la gare de la Redonne juste avant le passage d’un train qui vous amènera ensuite à Niolon. Regardez donc bien les horaires des trains pour cela.

Je vous détaille les calanques dont nous avons profité lors de cet itinéraire 😉

pont randonnée

La calanque du Jonquier

Nous avons commencé par la calanque de Jonquier, à une quinzaine de minutes de la gare de Niolon. Pour le coup, nous n’avons pas pris le temps de descendre jusqu’à la mer et sommes restés sur les hauteurs. Mais le spectacle était bien suffisant, l’endroit est magnifique… La calanque de Jonquier augure parfaite une randonnée superbe.

La présence du viaduc lui donne un charme particulier, de même que la vue sur Marseille, encore et toujours ! C’est une pause baignade facilement accessible si vous avez peu de temps.

En continuant, vous passerez devant la calanque du Riflard, moins impressionnante, hormis pour le cadre grandiose dans lequel vous évoluez.

carole pont calanque

La calanque de l’Erevine

Vous arrivez ensuite à la calanque de l’Erevine qui est un véritable coup de cœur. Plus vous démarrerez la randonnée tôt, moins vous aurez de monde sur cette calanque. Nous y sommes restés deux heures et y avons pique-niqué. Elle n’a clairement rien à envier à ses sœurs de Marseille ou Cassis, elle est magnifique.

Si l’eau était un peu trop froide pour moi à cette saison, sa couleur est incroyable. Nous vous la conseillons totalement !

La remontée pour rejoindre la voie ferrée est un peu raide, mais cela ne dure pas longtemps. Peut-être le passage le plus physique de la randonnée. Au bout d’une heure de marche, vous rejoignez Méjean.

marseille calanque

Méjean et la calanque de Figuières

Et puis d’un coup, entre les falaises, la Méditerranée et la garrigue, apparaissent Méjean et son port. À noter que Méjean peut également se rejoindre en voiture, avec les restrictions évoquées précédemment.

Méjean est très prometteur, il y règne une ambiance de petit port provençal qui nous a beaucoup plus. Nous sommes passés rapidement, mais il nous faudra y revenir ! Vous traversez d’abord le Grand Méjean et la calanque de Figuières qui affiche encore un style différent. Clairement un endroit auquel on aimerait retourner pour profiter davantage.

J’ai trouvé la partie suivante de la randonnée moins intéressante, quand on quitte le bord de mer pour remonter dans un quartier résidentiel. Nous avions hâte de retrouver la mer et ce fut chose faite au Petit Méjean. On longe son petit port et là aussi, les gens posent leurs serviettes un peu partout pour se baigner.

La calanque des Athénors

Comme quoi, cette randonnée est plus que surprenante… Après avoir traversé Méjean, nous sommes arrivés sur cette jolie plage de galets. Nous nous n’y sommes pas arrêtés, surtout lorsqu’on a réalisé qu’il s’agissait d’une plage naturiste 😀

port mer
mer port

La calanque de la Redonne

Nous avons ensuite rejoint notre dernière calanque de la journée avant de retrouver la gare de la Redonne et notre voiture.

Il s’agit de la jolie calanque de la Redonne, très familiale. C’est une petite plage de galets sur laquelle il est bon de se reposer après une belle randonnée de plusieurs heures en plein soleil.

Et pour parfaitement clôturer cette jolie journée, vous pourrez prendre un petit verre à la Redonne, charmant village. Nous avons ensuite fait une pause bronzette ici même, pour réaliser encore un peu plus la chance que nous avons de vivre dans ce pays magnifique !

C’est dans ce cadre superbe qu’on termine de vous faire découvrir nos incontournables à voir et à faire sur la Côte Bleue en espérant y retourner, car nous avions repéré d’autres endroits. Que visiter d’autre sur la Côté Bleue ? On vous donne quelques idées :

  • La calanque de Figuerolles ;
  • Carry-le-Rouet ;
  • Retourner à Méjean ;
  • La plage du Cap Rousset.

En attendant, si vous restez davantage dans la région, filez à Marseille pour découvrir cette incroyable ville, mais aussi les calanques de Marseille et Cassis.

Pour plus d’idées de visites à faire autour de Marseille.

mer
port calanques
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.